Comment préparer son gazon avant l’hiver ?

Publié le : 28 janvier 20223 mins de lecture

Au milieu de l’automne, la pelouse entre dans sa phase de repos hivernal avec l’arrivée des premiers froids. Pendant cette période, la croissance de la végétation est de plus en plus réduite jusqu’à ce qu’elle entre dans une phase de quasi dormance pendant les périodes les plus froides. On pense souvent que la pelouse n’a pas besoin d’être entretenue à cette période de l’année parce qu’on ne la voit pas pousser, mais il y a des choses importantes à faire pour la préparer à l’hiver.

Enlever et fertiliser correctement

L’une des tâches les plus souvent négligées est l’enlèvement des feuilles qui tombent des arbres et recouvrent le gazon. Au contraire, il convient, à l’aide d’un râteau, d’enlever toute feuille, foliole, brindille ou autre qui s’est déposée sur la pelouse, car sinon elles enlèvent une précieuse lumière et c’est aussi de là que peuvent naître des maladies fongiques qui deviendront ensuite difficiles à éradiquer : mieux vaut prévenir que guérir. À cette époque de l’année, il convient d’utiliser un engrais pauvre en azote et riche en potassium, qui permettra au gazon de se renforcer et de résister aux gelées hivernales, tout en le rendant moins vulnérable aux maladies. En cas de problèmes de mousse à cette période, il est également conseillé d’utiliser des produits riches en fer qui s’opposeront à la formation de la mousse au profit de la pelouse.

Découpage et rétention d’eau

Les règles générales restent les mêmes tout au long de l’année : ne pas couper plus d’un tiers de la hauteur totale, utiliser une lame bien aiguisée et, surtout, ne pas couper trop bas à ce stade. Il est préférable, surtout lors de la dernière tonte pré-hivernale, de relever la hauteur de coupe de quelques centimètres. La saison automnale est caractérisée par des pluies abondantes qui vont saturer le sol, produisant un engorgement dans les sols particulièrement argileux, compacts et mal drainés. Cette situation peut créer de gros problèmes pour notre pelouse, qui ne supporte généralement pas ces conditions, et il est donc utile, dans les cas les plus extrêmes, de perforer le sol avec une fourche ou de répandre du sable en correspondance avec ces zones stagnantes.

Réduire le stress physique

En raison de la pause végétative, pendant les périodes d’automne et d’hiver, le gazon sera moins réactif pour récupérer des dommages causés par une utilisation intensive, surtout lorsque le sol est particulièrement humide, ombragé et sujet à l’engorgement, il est donc bon de réduire ce type de stress. Ce type de mesure doit également être pris en cas de glace ou de gel, car il existe un risque de « casser » les tissus gelés et d’endommager et de noircir le gazon.